Accueil CorpsHumain.ca
eMail
English version
     Google  CorpsHumain.ca
 
 

L'Estomac

bullet

La déglutition.

bullet

L'estomac.




Espace à louer ↓

La Déglutition.

     Même si un début de digestion a commencé à s'effectuer pas les enzymes de la bouche, c'est l'estomac qui fait le plus gros du travail. Avec ses acides gastriques et ses contractions musculaires, l'estomac défait le tissu et les membranes cellulaires des aliments. Mais avant que la bouchée d'aliments (le bol alimentaire) arrive à l'estomac, on doit l'avaler. Ce processus se nomme la déglutition. Il est important de coordonner la déglutition pour qu'elle ne se produise pas durant la respiration ou la vocalisation. Sinon de la nourriture ou l'eau pourraient se retrouver dans la trachée et bloquer la respiration.




 

La déglutition

Illustration de la déglutition.

 

Le péristaltisme

Le péristaltisme.


     La déglutition se passe en trois étapes : 1) une étape volontaire qui initie le processus, 2) une étape pharyngienne involontaire qui dirige, en 1 à 2 secondes, le bol alimentaire vers l'oesophage, et 3) une étape oesophagienne involontaire qui pousse le bol alimentaire jusqu'à l'estomac

     1) L'étape volontaire consiste à emprisonner une petite bouchée entre la langue et le palais. Et, la pousser vers le pharynx où le réflexe de la déglutition sera enclenché. Ce réflexe est involontaire et ne peut être arrêté.

     2) À l'entrée du pharynx, le bol alimentaire stimule des cellules ciliées qui envoient l'information aux centres sensoriels de la base du cerveau (bulbe rachidien). En réponse à ce stimulus, le cerveau déclenche une série de contractions musculaires involontaires qui propulseront le bol alimentaire jusque dans l'oesophage. D'abord, le voile du palais se soulève et bloque l'entrée des cavités nasales, ce qui prévient le reflux de nourriture vers le nez. Ensuite, les replis palato-pharyngiens se rabattent vers le centre afin de ne limiter le passage qu'aux morceaux de nourriture suffisamment petits pour passer. La présence de plus gros morceaux peut inhiber la déglutition, et le bol alimentaire retournera dans la bouche. Puis, l'épiglotte se referme sur l'entrée de la trachée pour empêcher la nourriture d'entrer dans les voies respiratoires. La prochaine étape consiste, à l'aide des muscles rattachés à l'os hyoïde, à déplacer le pharynx vers l'avant et vers le haut afin de bien ouvrir l'entrée de l'oesophage. La partie supérieure de l'oesophage se relaxe et s'ouvre en entonnoir pour accueillir la nourriture. Finalement, une série de contractions pousse le bol alimentaire dans l'oesophage.

     3) La phase oesophagienne se consiste à pousser le bol alimentaire tout le long de l'oesophage. Ceci se fait par une vague de contractions qu'on nomme mouvement péristaltique. Cela prend environ 5 à 10 secondes pour que la vague de contraction parcoure tout le long de l'oesophage et que le bol alimentaire arrive jusqu'à l'estomac. Le réflexe du péristaltisme est initié par la présence de nourriture qui stimule des afférentes du nerf vague. Ce signal se rend jusqu'au bulbe rachidien, et revient par les efférentes vagal, provoquant ainsi la contraction des muscles oesophagiens.


Un vidéo sur la déglutition.

L'estomac.

    L'estomac a pour fonction d'entamer la digestion proprement dite. C'est dans l'estomac que sont sécrétés les acides et beaucoup d'enzymes qui décomposeront la nourriture en particules ou en molécules aussi petites que possible. L'estomac peut recevoir environ 1 litre de nourriture.

 

Vue en coupe de l'estomac

Vue de coupe de l'estomac.

 

Contraction et vidange gastrique

Schéma de contraction gastrique.


     Au moment de recevoir la nourriture, l'estomac se relaxe d'abord. Puis, avant d'entreprendre le brassage des aliments, un anneau de muscle (sphincter), au niveau inférieur de l'oesophage près de l'estomac, se referme pour empêcher le reflux de nourriture et de l'acidité de l'estomac dans l'oesophage.

     L'estomac sert aussi de réservoir le temps qu'il se vide vers le duodénum et les intestins. Durant ce temps, le brassage des acides gastriques avec les aliments sert à liquéfier ces derniers. Ceci forme une mixture semi-liquide qu'on nomme le chyme. Puis, au rythme de l'absorption intestinale, le chyme se déverse vers le duodénum et les intestins.

     Le brassage et la vidange de l'estomac sont sous le contrôle d'une foule de variables. Il y a l'effet du volume de nourriture, où l'étirement de la paroi active un réflexe vagal qui les augmente les contractions péristaltiques vers le pylore. L'étirement, et certains aliments comme la viande favorisent la sécrétion d'une hormone au niveau de l'antre pylorique, la gastrine. Cette gastrine en retour stimulera la muqueuse de l'estomac pour sécréter encore plus de sucs gastriques. Enfin, il y a un autre réflexe contraire, encore plus important, qui inhibe et peut même arrêter la vidange de l'estomac. Ce réflexe vagal est initié lorsque le duodénum est surchargé et contrôle la quantité de nourriture et l'acidité qui sera transférée vers le reste des intestins.

Couche muqueuse Couche sous-muqueuse Couche musculaire Couche séreuse Coupe de la paroi de l'estomac
Coupe de la paroi de l'estomac.

     C'est dans la paroi muqueuse de l'estomac que se forment les acides (sucs) gastriques. La paroi musculaire est responsable des contractions et ainsi du brassage des aliments. Et, la paroi séreuse enveloppe l'estomac.

     Placez votre souris sur les couches de la figure pour voir leurs noms apparaître.

   
   
 

Espace
à louer

Haut de la page.     © 2000-2014 René St-Jacques